Padd et vous
Retour
Tondre son cheval

La tonte sous toutes ses formes

En plus de vous permettre de travailler votre cheval en hiver, la tonte offre un autre avantage, secondaire mais non négligeable : soigner le «look» de votre cheval afin de lui donner un aspect sport et accessoirement améliorer, par quelques artifices visuels, certains de ses défauts physiques. Travaux pratiques en images.

 LÉGENDE DES SCHÉMA

           
Partie non tondue               Partie tondue

TONTE DE CONCOURS

Avantages : facilité d’entretien, peu de transpiration et cheval esthétiquement parfait.

Désavantages : le temps de tonte (il faut être patient et ne surtout pas s’énerver). Il faut savoir qu’une tonte qui se déroule mal provoque une rétivité du cheval, qui se prêtera difficilement aux futures tentatives.

Précautions : on se retrouve avec un cheval nu comme un vers. En partant au travail prévoyez donc un couvre-reins, quitte à le retirer une fois le cheval échauffé. De même, pensez à le couvrir en conséquence une fois au box en fonction des conditions météorologiques.

  ASTUCES

• Plus la tonte s’éternise et plus on a tendance à s’énerver. Soyez patient. N’oubliez pas que la conséquence d’une tonte «loupée», c’est un cheval craintif, voire violent.

• De même, plus la durée de la tonte est longue, plus les peignes chauffent. Aussi, n’oubliez pas de les huiler régulièrement.

• Afin d’harmoniser la tonte avec les courbes du corps du cheval, n’oubliez pas d’effectuer des arrondis lors des changements de direction de votre tondeuse. Pour le haut des membres, par contre, on choisira un tracé rectiligne.

TONTE DE CHASSE

Avantages : temps de tonte réduit, évite l’achat d’un couvre-reins, permet de moins couvrir le cheval au box (la partie la plus importante du cheval à protéger contre le froid, c’est le rein), des investissements en couvertures à la baisse.

Désavantages : esthétique moyenne. Il faut s’assurer régulièrement qu’il n’y a pas de plaies sous le poil, voire des maladies de peau. Cette tonte convient parfaitement à un cheval soumis à un travail quotidien sans trop d’effort.

LES MEMBRES

TONTE D'ENTRETIEN D'HIVER

Cette tonte est destinée aux chevaux qui travaillent quotidiennement et de façon intensive. Le cheval peut transpirer normalement tout en séchant rapidement (si les soins d’après travail sont suivis).

En étant mouillé le moins longtemps possible en hiver, le cheval ne toussera pratiquement pas et sera certainement à l’abri d’un «coup de froid».

Cheval présentant une tonte d’entretien d’hiver : membres non tondus et corps tondu.

Avantages :

• Tonte rapide.

• Très bon exercice pour habituer un jeune cheval à la tonte, sachant que l’on ne touche que des parties charnues ainsi qu’une portion de la tête en évitant les oreilles.

Précautions :

• Les membres ne sont pas tondus. Si vous les douchez, séchez-les avant de poser des bandes de repos (l’humidité associée à des bandes provoque croûtes, dermites, petites gales…).

• Cette tonte vous oblige à surveiller les membres avec insistance afin de contrôler les éventuelles plaies qui pourraient être camouflées sous le poil.

TONTE DE CLUB

Avantages : temps de travail, dos protégé.

Désavantages : inesthétique, aspect du cheval alourdi, une encolure qui peut avoir tendance à transpirer.

Précautions : surveiller plaies et maladies de peau éventuelles sous le poil. Cette technique est plutôt destinée aux personnes chargées de tondre plusieurs chevaux en même temps ; ou bien à des chevaux qui sont travaillés et laissés au paddock en alternance.

TROMPE L'OEIL

Certains chevaux n’ont malheureusement pas la chance d’être dotés d’un physique avantageux. C’est là que la tonte entre en scène, permettant de corriger quelques petits défauts. Voici donc huit astuces en forme de «trompe l’oeil» :

1. Si votre cheval est infligé d’une grosse tête, la solution consiste à la tondre de façon à l’affiner. Il faut savoir qu’un cheval avec beaucoup de poils semble plus lourd à l’oeil et moins esthétique.

2. Rien de mieux qu’une tonte pour «alléger» un cheval pourvu d’une ossature imposante au niveau des membres.

3. Afin d’acquérir un physique plus sportif, un cheval grand et lourd sera tondu entièrement.

4. Pour un cheval avec un long dos, adoptez une tonte avec un padd (au niveau du tapis) un peu plus long que la normale, qui s’étire vers l’arrière. Le but recherché est de réduire l’écart entre la fin du padd et le rein du cheval.

5. Pour un cheval avec un dos court, procédez comme précédemment, en essayant de raccourcir le padd.

6. Pour un cheval «freluquet», le padd de dos descendra au trois-quarts du quartier de la selle. Il s’agit en l’occurrence d’essayer d’alourdir la masse du cheval.

7. Pour un cheval lourd, gros, et grand, faites un padd de dos pas plus large qu’une main et demie depuis la colonne vertébrale du cheval.

8. Si vous avez un cheval de forte corpulence, essayez de faire une marque sans trop de largeur au niveau du padd (marque du tapis de selle), et vice-versa si vous avez un cheval de petite taille. Le but recherché est de rendre le cheval ni trop lourd ni trop léger au premier coup d’oeil.